L’évolution de la cosmétique : de la chimie de synthèse vers les formulations naturelles

Durant des années, les produits cosmétiques étaient composés d’une grande quantité de substances chimiques. Celles-ci s’avèrent pourtant dangereux pour la santé tout en laissant une importante empreinte carbone. Cette prise de conscience générale a remis les fabrications artisanales au goût du jour. Les consommateurs sont plus soucieux sur la composition des produits de beauté, mais aussi sur leur traçabilité et leur mode de fabrication.

La chimie de synthèse domine longtemps   

Pendant longtemps, la cosmétique moderne s’est avant tout caractérisée par le recours massif à la chimie de synthèse. Synthèse organique, parfums et conservateurs artificiels ont véritablement façonné le marché des produits de beauté. Ces composants ont permis de formuler toujours plus de crèmes, de gels, de shampoings et d’autres articles indispensables. Ils ont pour objectif d’effacer au maximum les imperfections de la peau et des cheveux. En effet, ces produits agissent de manière toujours plus radicale. L’industrie cosmétique ont produit à la chaîne des cosmétiques standardisés et peu coûteux. Ce recours massif aux ingrédients synthétiques a longtemps été encouragé par une connaissance limitée quant aux potentiels impacts sanitaires. Les progrès technologies ont permis de développer des formules plus saines et plus soucieuses de l’environnement. De nombreuses marques ont à cœur de satisfaire les attentes et les exigences de leurs clients. Vous pouvez en trouver parmi le large choix d’articles de qualité sur allez sur.

A lire en complément : Quels sont les bienfaits de la flottaison pour se détendre ?

Prise de conscience environnementale et sanitaire   

Au fil du temps, la prise de conscience environnementale et sanitaire grandissante a révélé les limites des cosmétiques conventionnels. Elle est due : 

  • à la montée en puissance des préoccupations écologiques ; 
  • aux sensibilisations aux enjeux de la pollution ;
  • à la surexploitation des ressources ; 
  • aux mises en garde récurrentes sur les potentiels impacts sanitaires de certains ingrédients. 

Le militantisme écologique a remis en question le système de production et de consommation sans limite promu par l’industrie cosmétique. Les exigences accrues des consommateurs en termes de transparence et de naturalité des formules a mis sous pression les industries cosmétiques. 

A lire en complément : Les must-have de la saison : découvrez les vêtements et accessoires incontournables

Les formules « clean » font leur apparition               

Face à la prise de conscience globale sur les limites des substances de synthèse, des marques pionnières ont émergé. Elles proposent des cosmétiques aux formules plus « clean », c’est-à-dire plus saines et minimalistes. Ces produits se sont caractérisés par des listes d’ingrédients raccourcies. Ils sont souvent naturels, voire biologiques. Les marques ont banni les conservateurs, les parfums et les colorants controversés de leurs formulations au profit d’ingrédients purs et concentrés. Elles ont initié le mouvement de la clean beauty, ouvrant la voie à des cosmétiques centrés sur le nécessaire. Le succès de ces articles minimalistes et épurés a été quasi immédiat, incarnant parfaitement l’air du temps en termes de naturalité, de transparence et de responsabilité. 

Le retour en grâce de l’artisanat   

Face à la demande croissante des consommateurs pour des cosmétiques plus naturels, authentiques et responsables, le cosmétique artisanal a parfaitement su y répondre. Les savons artisanaux sont formulés seulement à base d’huiles végétales et d’oléfines. Les shampoings solides sont conditionnés dans un simple galet. Les huiles végétales pures sont pressées à froid. Les parfums de niche sont élaborés dans de petits ateliers. Chacun de ces produits a su séduire de plus en plus les consommateurs en quête d’ingrédients véritables et d’authenticité. 

vous pourriez aussi aimer